Jean-Laurent Truc dans « Ligne claire »

19 novembre 2019

Imprimer Partager sur Facebook Partager sur Twitter

« Les Damnés de la Commune » T3, indispensable

Un final en forme de semaine sanglante, de répression, d’exactions de part et d’autres, la Commune de Paris va mourir dans des violences extrêmes qui laisseront des traces toujours présentes dans l’Histoire de France. C’est ce que raconte Raphaël Meyssan avec des gravures d’époque, 15 000 au total qu’il travaille, cadre, découpe. Il signe un réquisitoire contre ceux qu’on appellera les Versaillais qui vont anéantir un mouvement disparate, peu organisé et pris au piège dans la capitale, dépassé et isolé. Les Damnés de la Commune, ses héros Victorine et Lavalette que l’on suit depuis le début, vont aller au bout de leur destin dans ces Orphelins de l’Histoire.

Retour sur une époque où Notre-Dame n’avait pas brûlé, la Tour Eiffel pas érigée. Par contre on voudrait en ces jours de Commune mettre à bas la colonne Vendôme. Rencontre de l’auteur avec un certain Tardi mais il cherche Lavalette et Victorine. Un visiteur venu du futur. On pille, les prêtres arrêtés, les reliques dispersées. Lavalette et ses hommes étaient de la fête. On juge, on interroge sans nuances, on maintient le secret, pas de droit de visite, comme sous le Terreur. On pille Notre-Dame et pourtant ce serait Lavalette qui aurait fait tour remettre en place. Le narrateur du temps futur enquête. On bombarde Paris, les Versaillais vont entrer dans la ville. Barricades du désespoir. La semaine sanglante peut commencer.

Femmes et hommes de la Commune vont se battre jusqu’au bout. Ils savent qu’on ne leur fera pas quartier. Thiers peut être satisfait. Avec ses trois volumes, Les Damnés de la Commune sont une somme désormais incontournable, une charge aussi. Sa conception la met en marge de ce qui avait été fait auparavant. On suit avec angoisse, passion, un évènement hors normes, une révolution atypique. On va fusiller, avec la volonté affirmée que jamais cela ne se reproduise. On déporte aussi, Louise Michel et beaucoup d’autres. Meyssan a mis en place un monde en noir et blanc, gravé, qui aurait pu rebuter, mais qui au contraire passionne, accroche l’œil et l’esprit. Un retour nécessaire sur des oubliés qui auraient pu réécrire l’Histoire.

Les Damnés de la Commune, Tome 3, Les orphelins de l’histoire, Delcourt, 23,95 €

Jean-Laurent Truc

 

 

(Les Damnés de la Commune de Raphaël Meyssan dans « Ligne claire » par Jean-Laurent Truc)

Articles (voir plus)

Revue de presse (voir plus)

Hors Série : Ludivine Bantigny invite Michèle Audin et Raphaël Meyssan

Dialogue pour le site d’entretiens filmés issus d’Arrêt sur images, le 9 novembre 2019.

« La Nouvelle République » du 20 novembre 2019

BD Boum 2019 : « La bande dessinée est un médium porteur »