« Dernières Nouvelles d’Alsace », 6 janvier 2018

Serge Hartmann signe une critique des Damnés de la Commune dans le quotidien Dernières Nouvelles d’Alsace.

Imprimer Partager sur Facebook Partager sur Twitter

 

 

Histoire - Un roman graphique de Raphaël Meyssan

Avec les damnés de la Commune

Utilisant uniquement des gravures d’époque, Raphaël Meyssan livre une vision inédite et passionnante de la Commune de Paris.

Il s’appelait Charles Hippolyte Lavalette (1829-1905). Il était ouvrier gazier à Belleville et siégea au Comité central de la Commune de Paris. De haute stature, il impressionnait l’auditoire lorsqu’il prenait la parole et les rapports de police signalaient « un homme exalté et dangereux ». De fait, il participa au coup de main du 21 janvier 1871, contre la prison de Mazas dans laquelle était incarcéré le révolutionnaire Gustave Flourens qui put ainsi s’échapper pour s’en aller mourir sous les balles des Versaillais trois mois plus tard.

Au hasard de recherches menées sur la Commune, Raphaël Meyssan va faire une découverte surprenante qui l’amènera à s’intéresser encore d’avantage à Lavalette : le Communard vivait au 6 rue Lesage, l’immeuble même dans lequel l’auteur réside aujourd’hui.

Un autre destin, une autre « vie minuscule » attirera également l’attention de Raphaël Meyssan : celle de Victorine, femme du peuple, mariée à un ancien soldat de la Garde impériale, et qui adhéra avec enthousiasme aux idéaux généreux de la Commune.

De ce fabuleux espoir d’une société plus juste à la répression sanglante qui suivit, elle laissa un récit poignant rythmé, entre le siège de Paris mené par les Prussiens puis celui des Versaillais, par la mort de ses deux enfants : Victorine B. - Souvenirs d’une morte vivante – journal édité en 1976 par Maspero.

Entremêlant les trajectoires de Lavalette et Victorine, Raphaël Meyssan livre dans Les Damnés de la Commune (À la recherche de Lavalette, premier volet d’un diptyque publié chez Delcourt) une histoire de la Commune à hauteur de ceux qui l’ont incarnée au plus près. La forme adoptée est inédite : c’est en réutilisant les gravures parues dans la presse de l’époque ou dans les ouvrages qui ont immédiatement suivi les faits, que Raphaël Meyssan va illustrer ce long récit à deux voix, où se chevauchent les grandes étapes qui conduisent à la Commune ainsi que leur traversée par Victorine et Lavalette. Bande dessinée ? Roman graphique ? Livre d’histoire ? Assurément un peu de tout cela. Raphaël Meyssan fait ici œuvre d’une remarquable originalité.

Serge Hartmann

Articles (voir plus)

Dans l’atelier

Analyse de quelques planches

Revue de presse (voir plus)

Une critique dans « La Commune »

Jean-Louis Robert a signé une belle critique dans le bulletin de l’association des Amies et Amis de la Commune.

Une critique sur le site « Bruce Lit »

Patrick Faivre a écrit une critique très précise et documentée sur le blog BD, le 18 mai 2018.

Un entretien dans « Zibeline »

Le mensuel culturel du Sud-Est consacre deux belles pages aux Damnés de la Commune dans son numéro de mai 2018.

Une critique dans « Notes bibliographiques »

Le journal de l’Union nationale culture et bibliothèques pour tous (UNCBPT) consacre un article aux Damnés de la Commune dans son numéro de mai 2018.

La chronique BD de Klervi Le Cozic sur RCF

Les Damnés de la Commune de Raphaël Meyssan étaient au menu de l’émission « L’as-tu vu ? » sur RCF Bordeaux, le 29 mars 2018.