Une critique dans « Positive Rage »

Une critique de Sullivan dans Positive Rage, le 14 janvier 2018.

Imprimer Partager sur Facebook Partager sur Twitter

« L’histoire de la Commune de Paris telle que vous ne l’avez jamais vue », annonce Delcourt. On est habitués à ce genre de formule dont usent trop rapidement les éditeurs mais cette fois, en l’occurrence, on ne peut qu’être d’accord.

Car jugez-en plutôt : Raphaël Meyssan, qui ne dessine pas, s’est donc lancé dans le récit, d’une grande précision historique, des événements ayant abouti à l’insurrection du peuple de Paris, en 1871, contre le gouvernement provisoire dirigé par Thiers qui s’était empressé de signer l’armistice avec les Prussiens en leur abandonnant, au passage, l’Alsace et la Lorraine et une somme faramineuse en or puis de la répression de cette Commune de Paris. Comment ? En puisant dans les gravures, issues de journaux et de livres de l’époque. Des gravures qu’il a dû mettre un temps fou (six ans en fait) à sélectionner, puis à agencer, recadrer et mettre en page pour parvenir à une narration aussi précise que fluide. Un véritable tour de force qui nous permet de revivre ce chapitre à part de l’Histoire de France d’une façon singulière, dans la forme donc, mais aussi dans le fond puisque Raphaël Meyssan a fait le choix de raconter les événements, non pas du point de vue officiel (qui est celui que les gens connaissent habituellement) mais du point de vue de ceux qui l’ont vécu : un insurgé célèbre, Lavalette, et une parisienne lambda, Victorine B., à la façon d’un Howard Zinn dans son Une histoire populaire des États-Unis d’Amérique, formidable livre dont on ne cessera jamais de recommander la lecture.

L’aventure a en fait commencé quand l’auteur s’est rendu compte que le dit Lavalette avait habité son immeuble. Il a donc tout simplement décidé d’enquêter sur cet homme pour en apprendre davantage sur sa vie : son engagement, ses idées et ses actes. Et comme ses recherches l’ont mené à Victorine B., il a décidé de raconter leurs histoires individuelles, prises dans la tourmente de l’Histoire avec un grand H. Bien lui en a pris : ses Damnés de la Commune est une merveilleuse réussite qui nous propose de voir l’envers du décor de ces événements. Vivement la suite (et fin) !

(Les Damnés de la Commune de Raphaël Meyssan : lire la critique de Sullivan dans Positive Rage du 14 janvier 2018.)

Articles (voir plus)

Revue de presse (voir plus)

Augustin Trapenard parle des « Damnés de la Commune » sur Canal+

Émission « 21 cm de plus », du 21 avril 2019.

Entretien avec Stéphane Dubreil sur Art District

J’étais invité dans l’émission « Bulles d’histoire » sur la webradio de culture et de jazz, du 21 avril 2019.

« À livre ouvert » sur France info

Xavier Capodano partageait le coup de cœur des libraires du Genre urbain pour Les Damnés de la Commune dans l’émission de Gilbert Chevalier, du 16 mars 2019.

Une analyse des ouvrages de Michèle Audin et de Raphaël Meyssan sur la Commune

François Vanoosthuyse, professeur de littérature du XIXe siècle, s’est penché sur le roman de Michèle Audin Comme une rivière bleue et sur Les Damnés de la Commune, dans Le Magasin du XIXe siècle, revue de la Société des (...)

Entretien dans « Les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique »

Article et entretien réalisés par Jean-François Wagniart, avril-juin 2018.

Un entretien sur RCF Loiret

J’étais invité sur RCF pour parler des Damnés de la Commune, le 26 juin 2018.