Une critique dans « Let’s Motiv »

Thibaut Allemand a signé une critique des Damnés de la Commune dans le magazine Let’s Motiv de février 2018.

Imprimer Partager sur Facebook Partager sur Twitter

Raphaël Meyssan ne sait pas dessiner. Pourtant, il signe l’une des BD les plus impressionnantes depuis un bail. Une BD, vraiment ? Eh bien, l’éditeur, le découpage en cases et les phylactères renvoient au neuvième art. Mais il s’agit avant tout d’une œuvre inclassable et singulière, proche du travail méticuleux d’un Chris Ware. Apprenant que Lavalette, un communard, avait vécu dans son immeuble, ce graphiste se lance sur ses traces. Et conte le quotidien d’un Paris disparu avec des… gravures du XIXe siècle. On en reconnaît quelques-unes. On découvre le plus grand nombre, émerveillés. Un second tome, à paraître, évoquera l’insurrection. En attendant, ce premier volume relève-t-il de la perfection absolue ? Grave !

 

(La critique sur Les Damnés de la Commune de Raphaël Meyssan, à lire sur Let’s Motiv de février 2018)

Articles (voir plus)

Vidéo : impression du tome 2

Revue de presse (voir plus)

Une analyse des ouvrages de Michèle Audin et de Raphaël Meyssan sur la Commune

François Vanoosthuyse, professeur de littérature du XIXe siècle, s’est penché sur le roman de Michèle Audin Comme une rivière bleue et sur Les Damnés de la Commune, dans Le Magasin du XIXe siècle, revue de la Société des (...)

Entretien dans « Les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique »

Article et entretien réalisés par Jean-François Wagniart, avril-juin 2018.

Un entretien sur RCF Loiret

J’étais invité sur RCF pour parler des Damnés de la Commune, le 26 juin 2018.

Une critique dans « La Commune »

Jean-Louis Robert a signé une belle critique dans le bulletin de l’association des Amies et Amis de la Commune.

Une critique sur le site « Bruce Lit »

Patrick Faivre a écrit une critique très précise et documentée sur le blog BD, le 18 mai 2018.

Un entretien dans « Zibeline »

Le mensuel culturel du Sud-Est consacre deux belles pages aux Damnés de la Commune dans son numéro de mai 2018.