Coup de cœur de « Canal BD Magazine »

Les Damnés de la Commune étaient un coup de cœur de Canal BD Magazine, le journal du réseau de cent-vingt librairies de bande dessinée, de décembre 2017/janvier 2018.

Imprimer Partager sur Facebook Partager sur Twitter

 

 

 

 

« L’auteur nous plonge dans cette période à la manière d’un historien, par l’enquête. Son objectif ? Reconstruire la vie de Lavalette, un ancien habitant de son immeuble ayant participé à l’insurrection. Grâce à ce dernier et à une certaine Victorine, il projette le lecteur au cœur de la vie parisienne d’alors, chaotique, rêveuse et combative. Amateurs d’Histoire et/ou de projets hors normes, cet album est pour vous. Car si le scénariste, Raphaël Meyssan, est notre contemporain, ses dessinateurs sont bel et bien morts depuis plus d’un siècle ! En effet, le récit est imagé uniquement à partir des gravures de l’époque. C’est un cours d’Histoire sans en avoir l’air, à la fois passionnant et décalé. Déconcertant dans le fond comme dans la forme, l’ouvrage fonctionne pourtant à merveille. Une découverte à ne pas rater ! »

Articles (voir plus)

Dans l’atelier

Analyse de quelques planches

Revue de presse (voir plus)

Entretien dans « Les Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique »

Article et entretien réalisés par Jean-François Wagniart, avril-juin 2018.

Un entretien sur RCF Loiret

J’étais invité sur RCF pour parler des Damnés de la Commune, le 26 juin 2018.

Une critique dans « La Commune »

Jean-Louis Robert a signé une belle critique dans le bulletin de l’association des Amies et Amis de la Commune.

Une critique sur le site « Bruce Lit »

Patrick Faivre a écrit une critique très précise et documentée sur le blog BD, le 18 mai 2018.

Un entretien dans « Zibeline »

Le mensuel culturel du Sud-Est consacre deux belles pages aux Damnés de la Commune dans son numéro de mai 2018.

Une critique dans « Notes bibliographiques »

Le journal de l’Union nationale culture et bibliothèques pour tous (UNCBPT) consacre un article aux Damnés de la Commune dans son numéro de mai 2018.